Apprendre le travail transfrontalier - Une visite à la Maison de la Grande Région

Des étudiants du master « Etudes franco-allemandes : communication et coopération transfrontalières » de l'Université de la Sarre, de Lorraine et du Luxembourg ont visité la Maison de la Grande Région

Le 22 novembre 2017, 18 étudiants du master « Etudes franco-allemandes : communication et coopération transfrontalières » de l'Université de la Sarre, de Lorraine et du Luxembourg ont visité la Maison de la Grande Région. Ce qu'ils y ont vu et appris est rapporté par Charlotte Beuzard, Jessica El ghazi, Franziska Bulle et Pierrick Le Paven.

Après une bonne heure de route, la Maison de la Grande Région apparaît devant nous. Un grand bâtiment rouge avec deux affiches écrites en allemand et en français. Nous avons été invités par notre enseignante Mareike Wagner et deux jeunes femmes françaises : Agnès Véron et Malika Picart. Toutes deux travaillent à la Maison de la Grande Région et présentent à notre classe de master l’activité du Secrétariat de la Grande Région et l’élaboration de projets pour Interreg. Ce qui nous surprend dès le début : non seulement elles se connaissent, mais elles travaillent souvent ensemble. « Nous parlons des différents thèmes transfrontaliers, en y dégageant également les problèmes. Mais par-dessus tout, nous apprenons l’une de l’autre. Nous travaillons ici dans des équipes bilingues. Cela rend le travail toujours captivant », nous expliquent les deux conférencières pendant l’échange. « Nous sommes également le meilleur exemple qui prouve que le travail transfrontalier peut fonctionner. Certaines de mes collègues sont françaises, vivent en Allemagne et travaillent au Luxembourg. C'est une réalité pour beaucoup dans la Grande Région et tout le monde en profite », déclare Malika Picart à propos de son équipe.

Des exemples pratiques rendent la théorie concrète

Grâce à la présentation des deux conférencières, la pratique se mêle à nos connaissances théoriques. Après visionnage d’une vidéo sur le thème de la Grande Région, nous échangeons avec Agnès Véron autour de la question de la communication transfrontalière. En tant que chargée de mission auprès du Secrétariat de la Grande Région, elle travaille tous les jours à l’élaboration de différents projets. Elle a rapidement réalisé que les Allemands, les Français, les Luxembourgeois et les Belges travaillent différemment. « Je vois cela comme une opportunité. Nous tirons toujours le meilleur parti de chaque région ». C’est ce que pense également Malika Picart, chargée de communication pour Interreg V A Grande Région. Dans son descriptif, elle nous présente le programme Interreg de la Grande Région. Par ailleurs, Madame Picart nous éclaire sur son parcours. Ayant effectué le même master que le nôtre, elle nous encourage à poser notre candidature auprès des différents partenaires de la Maison de la Grande Région. « Le travail ici est vraiment intéressant. Il y a toujours de nouvelles choses à découvrir et à apprendre. » Nous retournons à Metz, encouragements et conseils bien en tête. Qui sait, peut-être que l'un ou l’une d’entre nous va de nouveau se rendre à la Maison de la Grande Région ou même y travailler.