1ère réunion du réseau "Territorial Monitoring in Cross-Border Areas"

Le réseau "Territorial monitoring in cross-border areas" s'est réuni pour la première fois les 5 et 6 décembre 2019 au BBSR à Bonn.

La journée du 5 décembre a été dédiée à des présentations des activités d'observation transfrontalière chez les partenaires, à savoir l'Allemagne et ses pays limitrophes. Le bureau Spiekermann&Wegener a présenté l'ébauche concernant le catalogue d'indicateurs pour l'observation territoriale aux frontières allemandes qui fait partie des travaux dans le cadre du projet MORO "Observation territoriale en Allemagne et régions limitrophes".

Le 6 décembre, les partenaires ont discuté en petits groupes sur les prochaines actions du réseau. Il a été convenu de travailler sur les éléments suivants :

  • Sensibilisation : Le réseau doit sensibiliser à l'importance de l'observation transfrontalière par la diffusion de ses résultats dans chaque pays et au niveau européen. La participation à des événements nationaux ou européens permet au réseau de gagner en visibilité.
  • Établir des liens avec les initiatives existantes : Comme d'autres initiatives et réseaux travaillent actuellement sur les données transfrontalières dans d'autres parties de l'Europe, les possibilités de convergence devraient être explorées. Dans ce contexte, il est nécessaire d'atteindre une masse critique de membres dans le réseau afin d'avoir un impact suffisant. Enfin, de nombreux problèmes d'harmonisation des données pourraient être résolus par une coopération accrue entre les utilisateurs et les fournisseurs de données. Ce réseau n'est donc pas destiné à être limité aux pays voisins de l'Allemagne, mais devrait être étendu à d'autres pays européens et relié à d'autres initiatives.
  • Formuler les besoins : Il est nécessaire de formuler une définition commune des besoins afin d'identifier des solutions, de résoudre les obstacles juridiques et de définir des étapes concrètes vers l'harmonisation des données. Les données sur les flux des travailleurs frontaliers sont un sujet prioritaire pour tous les utilisateurs de données représentés à cette réunion et devraient être abordées dans une première phase.
  • Poursuivre une vision à long terme : A long terme, une plate-forme européenne avec un accès centralisé aux données transfrontalières disponibles serait une grande amélioration. Une coordination avec la politique européenne de cohésion est également essentielle.