À la rencontre des eurodéputés de la Grande Région

24 députés sur un total de 751 au Parlement européen sont issus de la Grande Région. Le Luxembourg et la Rhénanie-Palatinat (sur 96 députés allemands) envoient chacun 6 élus, trois élus viennent de Lorraine (sur 79 députés français), huit du collège francophone et un du collège germanophone en Belgique (sur 21 députés belges). Aucun représentant de la Sarre n'a été élu au Parlement européen.

Mais qui sont les députés issus de la Grande Région ?

Les résumés présentés ci-dessous ne sont pas exhaustifs et ne reprennent que certaines des idées phares portées par les députés européens lors de leur campagne, afin d’illustrer leur orientation politique.

 

Les citoyens en Rhénanie-Palatinat sont représentés par les députés suivants :

  • Katarina BARLEY (50) : SPD

Groupe parlementaire : S&D

L'ancien ministre fédéral de la Justice et membre du Bundestag pour la circonscription de Trèves était la tête de liste du SPD aux élections européennes. C’est son premier mandat au sein du Parlement européen.

Elle est particulièrement attachée à une Europe sociale : un salaire minimum européen, un salaire égal pour un travail égal pour les hommes et les femmes, plus de justice fiscale et un socle plus fort de droits sociaux en UE. La protection du climat est, pour elle, étroitement liée à la justice sociale.

Vers le site de Katarina BARLEY

  • Romeo FRANZ (52) : Bündnis 90/Die Grünen

Groupe parlementaire : Groupe des Verts/Alliance libre européenne 

Né à Kaiserslautern, l'homme politique écologiste est entré au Parlement européen en juillet 2018. Il y est membre des commissions LIBE (Libertés civiles, justice et affaires intérieures) et CULT (Culture et éducation).

Le premier Sinto au Parlement européen est le représentant de son parti pour les Sinti et les Roms et s'engage en faveur des droits de l'homme et des minorités. Il lui importe également de sensibiliser la justice et la police au racisme.

Vers le site de Romeo FRANZ

  • Christine SCHNEIDER (46) : CDU

Groupe parlementaire : PPE

La cheffe de la fraction de la CDU au Landtag fait son entrée au Parlement européen en 2019.

Elle souhaite attirer une attention accrue sur les bénéfices de l'UE. Venant d'une région frontalière du sud du Palatinat, elle connaît les avantages d'une Europe sans frontières depuis son plus jeune âge. Elle compte désormais, dépassant la dimension régionale, s’investir contre le changement climatique au niveau européen également.

Vers le site de Christine SCHNEIDER

  • Ralf SEEKATZ (46) : CDU

Groupe parlementaire : PPE

L'ancien maire de la ville de Westerburg dans le Westerwald est membre du Landtag de la Rhénanie-Palatinat depuis 2006. En 2019, il est élu au Parlement européen pour la première fois.

Il s’y engage pour le renforcement de l'espace rural et de mesures en faveur des PME. Il considère qu'une politique étrangère et de sécurité commune, ainsi qu’une politique commune de la défense, relèvent de tâches européennes. En dehors de ces matières, il prône le principe de subsidiarité.

Vers le site de Ralf SEEKATZ

  • Norbert NEUSER (70) : SPD

Groupe parlementaire : S&D

Norbert Neuser est membre du Parlement européen depuis 2009. Il y est membre des commissions AFET (Affaires étrangères) et DEVE (Développement).

Il se consacre notamment à la coopération au développement et s'engage à améliorer les conditions de vie des personnes vivant dans des pays en voie de développement et à les aider à faire face aux défis mondiaux tels que les migrations, le changement climatique, la recherche de sources d'énergie alternatives et l'instabilité politique.

Vers le site de Norbert NEUSER

  • Jutta PAULUS (52) : Bündnis 90/Die Grünen

Groupe parlementaire : Groupe des Verts/Alliance libre européenne 

La présidente des Verts en Rhénanie-Palatinat vit à Neustadt an der Weinstraße et vient de faire son entrée au Parlement européen.

Elle s'engage en particulier pour la protection du climat, de l'environnement et de la biodiversité. Ainsi, ses thèmes principaux au Parlement européen seront les énergies renouvelables et l'utilisation responsable des plastiques, des produits chimiques et des pesticides.

Pour elle, la question écologique est la question centrale de notre époque.

Vers le site de Jutta PAULUS

 

Les citoyens au Luxembourg sont représentés par les députés suivants :

  • Charles GOERENS (67) : Demokratesch Partei

Groupe parlementaire : ADLE

L'ancien ministre de la Défense et de l'Environnement est le candidat de tête de liste du parti démocrate et siège au Parlement européen sans interruption depuis 2009.

Il demande à ce que le Parlement ait davantage de poids en matière de politique étrangère européenne. De surcroît, il préconise la création d'un budget pour le Fonds européen de développement.

Vers le site de Charles GOERENS

  • Christophe HANSEN (37) : Chrëschtlech-Sozial Vollekspartei

Groupe parlementaire : PPE

Christophe Hansen est membre du Parlement européen depuis septembre 2018. Il siège aux commissions INTA (Commerce international) et ENVI (Environnement, santé publique et sécurité alimentaire). Il voit cependant une priorité de son travail dans le domaine de la politique climatique.

En outre, il juge bénéfique pour l’UE de s'écarter dans certains domaines du principe de l'unanimité afin de devenir plus efficace. Cela vaut en particulier pour les questions de politique étrangère.

Vers le site de Christophe HANSEN

  • Tilly METZ (52) : Déi Gréng

Groupe parlementaire : Groupe des Verts/Alliance libre européenne 

Tilly Metz est l'ancienne maire de Weiler-La-Tour. Elle est membre du Parlement européen depuis 2018. Elle y fait partie des commissions ITRE (Industrie, recherche et énergie) et ENVI (Environnement, santé publique et sécurité alimentaire).

Au niveau de l'UE, elle défend une réforme de la politique agricole et réclame des normes européennes plus strictes en matière de bien-être des animaux, ainsi que la promotion de méthodes alternatives à l'expérimentation animale.

Vers le site de Tilly METZ

  • Monica SEMEDO (34) : Demokratesch Partei

Groupe parlementaire : ADLE

La chargée de communication pour Luxembourg For Finance (LFF) est particulièrement attachée à une Europe sociale.

Ainsi,  la Garantie Jeunes doit être développée afin de garantir aux jeunes un emploi, un stage ou une formation dans le futur. Les diplômes et qualifications européens de formation doivent également être reconnus dans toute l'UE.

Vers le site de Monica SEMEDO

  • Isabel WISELER-SANTOS LIMA (57) : Chrëschtlech-Sozial Vollekspartei

Groupe parlementaire : PPE

Isabel Wiseler-Santos Lima est professeure et échevine de la ville de Luxembourg. Elle va être membre du Parlement européen pour la première fois.

L'économie sociale de marché, en équilibre entre l'économique et le social, représente pour le CSV la base du progrès économique. Ainsi, le parti chrétien-social s’engage pour un revenu minimum européen et sollicite des prescriptions minimales pour le droit du travail, en vue d’éviter le dumping social.

Vers le site d'Isabel WISELER-SANTOS LIMA

  • Nicolas SCHMIT (64) : LSAP

Auparavant ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Économie sociale et solidaire dans le gouvernement de Xavier Bettel, il fait maintenant son entrée au Parlement européen.

En plus d'un salaire minimum européen, qui doit s'adapter à un indice fixé au niveau national dans les États membres de l'UE respectifs, les candidats du LSAP réclament un agenda européen pour la lutte contre la pauvreté. L'objectif devrait être de réduire le nombre de personnes touchées par la pauvreté de 25 millions d'ici 2030 et de 50 millions d'ici 2050.

Parmi les autres revendications figurent le renforcement des droits de participation des travailleurs et la création d'une agence européenne de l'emploi pour lutter contre le dumping social.

Vers le site de Nicolas SCHMIT

 

Les citoyens du collège francophone en Belgique sont représentés par les députés suivants :

  • Maria ARENA (53) : Parti socialiste

Groupe parlementaire : S&D

Elle a occupé plusieurs postes gouvernementaux en Belgique, notamment celui de ministre fédérale de l’Intégration sociale, des Pensions et des Grandes villes. Depuis 2014, elle est députée du Parlement européen.

Elle y fait notamment partie de la commission FEMM (Droits de la femme et égalité des genres). Les femmes sont toujours sous-représentées dans les lieux de décision, notamment en politique. D’après elle, il faut donc faire en sorte que dans le système politique les femmes ne soient plus considérées comme une minorité dans un système dominant masculin, mais comme étant l’égal des hommes dans une démocratie paritaire.

Vers le site de Maria ARENA

  • Marc BOTENGA (38) : Parti du Travail de Belgique

Groupe parlementaire : GUE/NGL

C’est en 2005 qu’il devient conseiller politique du groupe GUE/NGL au Parlement européen, en mai 2019, il y fait son entrée en tant que député.

Le programme de son parti est axé sur des thèmes sociaux, comme le logement ou le salaire minimum, mais aussi sur la mobilité et l’écologie.

Il se prononce clairement contre la politique d’austérité menée envers les pays de l’UE les plus faibles économiquement. Pour garantir une influence plus directe des citoyens, il faut, selon lui, revoir le fonctionnement des institutions européennes : il propose ainsi le RIC – Référendum d’Initiative Citoyenne au niveau européen.

Vers le site de Marc BOTENGA

  • Saskia BRICMONT (33) : Ecolo

Groupe parlementaire : Groupe des Verts/Alliance libre européenne 

Elle a été élue conseillère communale à Ath lors des élections de 2012, aux côtés de Ronny Balcaen. Elle dut cependant démissionner en 2015 pour incompatibilité avec de nouvelles fonctions professionnelles chez IDETA, l’intercommunale de développement économique. Lors des élections européennes de 2019, elle est élue au Parlement européen pour les Verts.

Avec son slogan « The future is green », le groupe Ecolo mise sur le climat et la justice sociale comme véritables enjeux de ces élections européennes.

Vers le site de Saskia BRICMONT

  • Olivier CHASTEL (54) : Mouvement Réformateur

Groupe parlementaire : ADLE

Il était ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles et plus récemment ministre fédéral du Budget. C’est la première fois qu’il est élu au Parlement européen.

Les points principaux de son engagement politique sont l’encouragement de la création d’emplois, l’augmentation du pouvoir d’achat, le renforcement de la sécurité des citoyens et plus d’efficacité pour la gouvernance.

  • Philippe LAMBERTS (56) : Ecolo

Groupe parlementaire : Groupe des Verts/Alliance libre européenne 

Depuis 2009, il est député au Parlement européen, où il est membre des commissions ECON (Affaires économiques et monétaires) et ITRE (Industrie, recherche et énergie). C’est là en particulier que les écologistes doivent, selon lui, conquérir leur crédibilité.

Au sein de la commission ECON, il s’implique principalement dans les dossiers de gouvernance économique de l’Union, c’est-à-dire la réponse institutionnelle de l'UE à la crise de l’Euro, et de régulation du secteur bancaire. Dans l’ITRE, il focalise son travail sur les questions de recherche, d’innovation et de politique industrielle, le plus souvent en duo avec Reinhard Bütikofer (Bündnis 90/Die Grünen, Allemagne).

Vers le site de Philippe LAMBERTS

  • Benoît LUTGEN (49) : Centre Démocrate Humaniste

Groupe parlementaire : PPE

Il est la tête de liste du CDH à ces élections européennes, bourgmestre de Bastogne et ancien président du CDH. Il entame maintenant son premier mandat au Parlement européen.

Il se prononce en faveur d’une Europe plus forte, plus sociale, plus humaine, plus protectrice, et il espère représenter au niveau européen notamment l’ensemble des ruraux. De plus, il compte réussir le pari du réchauffement climatique tout en soutenant les producteurs, les transformateurs et les agriculteurs.

Vers le site de Benoît LUTGEN

  • Paul MAGNETTE (47) : Parti socialiste

Groupe parlementaire : S&D

Ministre-président du gouvernement wallon de 2014 à 2017, le spécialiste en études politiques européennes est, depuis 2012, bourgmestre de Charleroi. C’est cette année qu’il fait son entrée au Parlement européen.

Il plaide pour une Europe plus sociale et plus solidaire. Pour rénover l’UE, il propose la méthode des paquets, par exemple un paquet social, financier, etc. C’est à travers des incitants et des sanctions qu’il souhaite s’assurer qu’ils soient respectés par les Etats-membres. Quant à la politique européenne de migration, il faudrait, d’après lui, travailler en amont dans les pays d’origine. Ainsi, il propose l’introduction d’une demande d’asile via les ambassades de ce dernier, à l’instar du Canada.

  • Frédérique RIES (60) : Mouvement Réformateur

Groupe parlementaire : ADLE

C’est en 1999, qu’elle est élue au Parlement européen dont elle fait, avec une brève interruption en 2004, désormais partie. Elle y est membre des commissions ENVI (Environnement, santé publique et sécurité alimentaire) et DROI (Droit de l’homme).

Pour elle, le fait d’avoir aboli les frontières intérieures de l’UE devrait aller de pair avec un renforcement des frontières communes de l’UE, ainsi qu’avec une obligation de solidarité entre les Etats-Membres pour l’accueil des migrants.

Concernant la protection du climat, Frédérique Ries se prononce favorablement pour l’introduction d’une taxe sur le kérosène.

Vers le site de Frédérique RIES

 

Les citoyens du collège germanophone en Belgique sont représentés par le député suivant :

  • Pascal ARIMONT (44) : Christlich Soziale Volkspartei

Groupe parlementaire : EPP

Il est membre du Parlement européen depuis 2014, où il siège dans les commissions REGI (Développement régional) et IMCO (Marché intérieur et protection des consommateurs). Il est le négociateur du Parlement européen pour le programme Interreg, financé par le Fonds européen de développement régional.

Il s’engage notamment pour le commerce transfrontalier des marchandises et le renforcement des droits des consommateurs en Europe. Ce sont les principes sociaux, environnementaux et de protection des consommateurs qui ont pour lui la priorité absolue.

L'Europe est - surtout pour la Belgique de l'Est - une raison essentielle de sa prospérité. Mais la coopération transfrontalière offre, selon Pascal Arimont, non pas seulement des avantages en matière financière, mais aussi au niveau de la société civile, où elle est une réelle plus-value.

Vers le site de Pascal ARIMONT

Info : Le collège germanophone de Belgique envoie donc un eurodéputé à Bruxelles. Compte tenu que la partie germanophone de Belgique compte 70.000 habitants, cela fait d’eux la population la mieux représentée au Parlement européen ! En comparaison : un élu français représente près de 900.000 citoyens.

 

Les citoyens en Lorraine sont représentés par les députés suivants :

  • Dominique BILDE (65) : Rassemblement national

Groupe parlementaire : Europe des Nations et des Libertés

Elle est une femme politique du Rassemblement national et membre du Parlement européen depuis 2014. Elle y est membre des commissions CULT (Culture et éducation) et ITRE (Industrie, recherche et énergie).

Elle est particulièrement active dans les domaines de l'éducation et de la formation, de la culture et de la jeunesse, ainsi que dans les thématiques telles que la sidérurgie, le bois ou les PME qui touchent, dit-elle, directement sa région, la Lorraine.

Vers le site de Dominique BILDE

  • Nathalie COLIN-OESTERLE (54) : Les Centristes

Groupe parlementaire : PPE

La vice-présidente du Conseil Départemental de la Moselle vient de faire son entrée au Parlement européen. Elle s’engage pour une Europe des territoires et veut, dans ce sens, faire de la ville de Metz une véritable capitale européenne au sein d’un espace transfrontalier.

Elle est favorable à ce que le principe de subsidiarité soit mieux pris en compte, de sorte que l’Europe soit là où elle est nécessaire et se retire là où elle n’est pas nécessaire. Selon elle, cela promet aussi plus d’efficacité.

Vers le site de Nathalie COLIN-OESTERLE

  • Nadine MORANO (55) : Les Républicains

Groupe parlementaire : PPE

Elle est membre du Parlement européen depuis 2004. Elle y siège dans les commissions ITRE (Industrie, recherche et énergie) et LIBE (Libertés civiles, justices et affaires intérieures).

L’un des thèmes phare des Républicains, c’est de réduire la concurrence déloyale et de promouvoir l’industrie. Ainsi, ils comptent promouvoir les PME, de sorte qu’elles puissent être performantes à l'échelle mondiale.

De surcroît, les Républicains se prononcent en faveur d’un élargissement du budget européen destiné au patrimoine culturel en UE.

D’autres priorités sont la lutte contre l’immigration illégale, la lutte contre le terrorisme islamiste et la lutte pour des frontières stables.

Vers le site de Nadine MORANO

 

 

Remarques :

Les photos des députés ont été téléchargées à partir des sites Web officiels de leurs partis respectifs. En cas d’opposition à la publication, les personnes concernées sont priées de contacter le Secrétariat du Sommet de la Grande Région à tout moment.

En respect des règles de protection des données, toute personne souhaitant contester l’exactitude des données présentées ou souhaitant obtenir leur retrait est priée de s’adresser au Secrétariat du Sommet de la Grande Région également.

Source de l'image "Hémicycle du Parlement européen" : https://www.faz.net/aktuell/feuilleton/debatten/europaeisches-parlament-stimmt-fuer-urheberrecht-15784641/plenum-das-europaeische-15784657.html