Manifestation de lancement de la présidence sarroise du Sommet de la Grande Région

Faire avancer la Grande Région ensemble

Dans le cadre d‘un «débat fishbowl», des représentants des différentes régions composantes ont répondu à des questions critiques et des propositions constructives de la part de la jeune génération. La manifestation, organisée dans le centre de conférence du Saarländischer Rundfunk le 25 mars et à laquelle plus de 100 jeunes adultes ont assisté afin de contribuer à LEUR Grande Région, reprend deux des objectifs du Ministre-Président de la Sarre Tobias Hans : associer les citoyens aux activités de la Grande Région et mieux illustrer les opportunités de cette région d’opportunités européenne.

« La participation de la part des citoyens et notamment de la jeune génération représente l’élément-clé afin de renforcer notre Grande Région et afin de la préparer à l’avenir. Nous ne voulons pas être un endroit des frontières et de l’altérité mais un centre des rencontres, de l’amitié et de la solidarité », déclare Tobias Hans. « Finalement, les régions frontalières offrent beaucoup d’opportunités à leurs habitants. »

Les citoyens ne devraient pas uniquement avoir la possibilité de saisir ses opportunités. Ils devraient même avoir l’occasion d’y contribuer concrètement à tout plan – sport, culture, école, économie, sciences et société civile. La dynamique et la participation des nombreux acteurs à ce processus – à travers les rencontres, la participation et le dialogue – représentent l’approche originale selon laquelle la Sarre, en tant que Président du Sommet de la Grande Région, compte inviter, au cours des 24 prochains mois, tous les citoyens, institutions et structures engagés – y compris le Comité économique et social de la Grande Région (CESGR) et le Conseil Parlementaire Interrégional (CPI) – à « faire avancer la Grande Région ensemble ».

 

 

De par son passé, les réalités actuelles et ses ambitions pour l’avenir, la Grande Région est aujourd’hui un noyau et un incubateur pour l’Europe. Forte de ses 230.000 frontaliers au quotidien, elle est la première région européenne en matière de mobilité professionnelle – une Europe à petite échelle. Il est prévu de lancer des débats sur des sujets tels que les Universités Européennes, l’instrument juridique de l’UE « ECBM » (european cross-border mechanism), les stratégies régionales de plurilinguisme et l’avenir des programmes INTERREG à Berlin, Bruxelles et Paris.

Photos: ©Staatskanzlei Saarland