Débris - Un univers fantasmagorique noir et burlesque

Dennis Kelly / Collectif du Corpus Urbain

Livrés à eux-mêmes, un frère et une sœur s’inventent un univers fantasmagorique imprégné par la profusion d’images et la violence omniprésente dans les medias. Ils racontent des événements de leur enfance dans plusieurs versions tour à tour tragiques ou burlesques, toujours dérangeantes.

Crucifixion du père orchestrée avec ingéniosité, étouffement de la mère étranglée par un os de poulet, préférant préserver l’enfant dans son ventre plutôt que sa propre vie, l’enfance de Michael et Michelle est pavée de sacrifices familiaux. Abandonnés, abusés, ils n’ont plus qu’à s’inventer un univers fantasmagorique, aux frontières du soutenable, pour tenter de trouver un sens à leur condition. Dans Débris, la réalité glisse et se dérobe d’une scène à l’autre. Telles de cruelles échappatoires à la solitude de leurs vies orphelines, les mondes déployés par ces deux enfants ressemblent à un récit des origines où persiste l’espoir que tout n’est pas écrit d’avance. L’écriture violente et directe de Dennis Kelly propose des dissections dramatiques du vivant. Chloé Porée a fondé avec Jimmy Lemos et Laurie Waldung, tous trois issus des Classes de la Comédie, le collectif Corpus Urbain. Pour faire exploser ce huis clos, il fallait l’enfermer à l’extrême, le groupe a imaginé une sorte de boîte contraignante, une cage blanche assaillie de projections d’images : une télévision folle qui projette les scènes d’une vie que les enfants imaginent meilleure. Elles se mélangeront à leurs propres images surprises par un inquiétant œil extérieur. Une manière d’intensifier l’enfermement et de faire résonner plus fort ce texte si troublant et si touchant.

Déconseillé aux moins de 13 ans.

Durée estimée 1h20.